Baignades urbaines expérimentales

Vous avez sans doute entendu parler du « laboratoire des baignades urbaines expérimentales », collectif qui défend l’idée des baignades en ville, et dont les membres se baignent déjà dans la Seine et le canal de l’Ourcq. Des baignades y ont été organisées début juillet et fin août. Eh oui, la baignade en ville, pourquoi pas ?

Les Nageurs citoyens soutiennent les initiatives constructives qui permettront aux Parisiens de nager plus, plus souvent, et mieux. Aujourd’hui les piscines, demain la Seine. Bonne idée. La demande de natation est tellement forte (+60 % en 10 ans) !

Et tant qu’à faire, dans de l’eau propre. Tandis que les « baignades urbaines » attendent gaiement une Seine plus propre, nous attendons aussi du savon dans les douches des piscines municipales (mesure 87 du plan voté par la Ville en juin 2015). Allez, encore un petit effort !

Bilan piscines février, mars et avril

Voici les chiffres des ouvertures et les fermetures des piscines à Paris : en avril, 7,6 piscines étaient fermées en moyenne (20%) ; en mars, 7,4 piscines fermées (19%) et en février, 8,9 piscines fermées (23%). Nous rappelons que Nageurs citoyens est le seul organisme à publier un tel bilan opérationnel.

Notons le grand contraste, cependant, entre les piscines en travaux totalement fermées (Auteuil, Amiraux, Chateau des Rentiers, Hébert, Cour des Lions, E. Anthoine….) ou qui ferment sur de longues périodes (St Merri, Nakache, Blomet) et les piscines qu’il faut féliciter parce qu’elle ferment 1 jour seulement ou moins : Pailleron (19è), Le Gall et J. Boiteux (12è), Dunois (13è), Didot (13è), Keller (15è), Les Halles (1er), Beaujon (8è), Hermant (19è), P. Valeyre (9è) ou Chateau-Landon (9è). Merci à elles et à leurs équipes.

Inauguration à la Butte aux Cailles

Le maire adjoint de Paris, J.-F. Martins, inaugurait hier le bassin nordique de la Butte aux Cailles (13è arr.). Félicitations à lui et ses équipes. C’est l’accomplissement de la mesure n°5 du Plan Nager à Paris et, même avec quelques mois de retard (le Plan prévoyait une ouverture à l’automne 2015), cela concrétise un beau projet.
Les Nageurs Citoyens, présents à l’inauguration, valident le concept de cette piscine en plein air. A terme, un data center est prévu, avec mesure de la fréquentation (mesure 24 du Plan). Les qualités de cette piscine : une ligne de régulation (brasse interdite) qui fonctionne bien, des vestiaires propres, des lignes coupe-vague et l’utilisation par les scolaires du vestiaire du haut pour gagner du temps à 13h30. Les points à améliorer dans cette piscine : de nombreux casiers cassés, des sèche-cheveux HS et, surtout, des horaires encore insuffisants pour le public : les usagers ne pourront nager qu’un soir par semaine (le mardi jusqu’à 21h30) et, entre midi et 14 heures, les horaires affichés actuellement ne prévoient, en semaine, qu’une seule possibilité sur cinq jours. On nous a promis que cela allait changer…. Faisons crédit à la DJS de cette promesse.

Les administrations publiques, le citoyen et ses questions

« Tous les Citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d’en suivre l’emploi, et d’en déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée.

La Société a le droit de demander compte à tout Agent public de son administration. »

(source : Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, articles 14 et 15 – 1789)

Vive le 19è arrondissement

Un coup de chapeau, ce soir, au 19ème arrondissement, qui a organisé le premier « comité d’usagers » de Paris : directeurs de piscines, clubs, DJS, usagers du dimanche, élus, en présence des Nageurs citoyens qui avaient poussé à la création de ces comités, ont pu débattre pendant près de deux heures sur l’usage des 4 piscines de l’arrondissement (Mathis, Rouvet, Pailleron et Hermant). 40 personnes dans la salle, sous la direction de Sergio Tinti, maire adjoint en charge des sports, après que François Dagnaud, le maire, avait fait l’ouverture.

Cela fait du bien de voir tout le monde autour d’une table pour aborder les problèmes franchement. Quelques vérités ont été dites, mais la vérité est parfois bonne à dire : la propreté ici, le service là, les lignes coupe-vagues, les horaires peu favorables au public, et des suggestions diverses. Des compliments ont également été adressés, notamment à la piscine Rouvet. Rien n’est facile, les bassins sont anciens, mais à Nageurs citoyens, nous pensons que tout est d’abord une affaire d’hommes et de femmes.

D’autres comités vont être organisés dans le 19è au niveau des piscines elles-mêmes, et c’est en effet nécessaire pour entrer dans les détails. Puissent ces comités de terrain se dérouler sans trop tarder, dès le printemps, pour bénéficier de la dynamique qui se met en place.

Le bureau

Chaud-froid en décembre

Le mois de décembre commence bien, très bien même, avec à peine 3 ou 4 piscines fermées par jour. Et puis tout d’un coup, le 21 décembre, il n’y a plus personne : à Paris, grande métropole européenne, n’espérez pas nager pendant les vacances, que ce soit celles d’août ou de décembre : 17, 18 ou 19 piscines fermées tous les jours…les 6ème, 10ème et 14ème arrondissements totalement paralysés : « familles, rentrez chez vous ! », semble nous dire la Mairie de Paris.

Résultat : un score intermédiaire, avec 10,5 piscines fermées en moyenne sur l’ensemble du mois, soit un quart de Paris. On encourage la mairie à revenir à ses bons scores d’octobre (8) ou novembre (9), et on pense que c’est possible.