Le maire, le gréviste et le juge….et le nageur

Le tribunal administratif de Paris a donné raison, ce 22 avril, à la mairie contre les grévistes : désormais, une grève dans une piscine devra être annoncée 48h à l’avance ; et les agents non-grévistes pourront suppléer leurs collègues grévistes. C’est parce que le maire et le personnel de la Ville, qui sont co-responsables du service public du sport à Paris, ne parvenaient pas à s’entendre, qu’il aura fallu l’intervention d’un autre service public, celui de la justice, pour clarifier le débat. Ca en fait des histoires pour trouver des solutions !

Les Nageurs citoyens estiment que le juge a vu juste : prévenir clairement les citoyens qu’une grève a lieu, c’est raisonnable. Hélas, cela ne résout pas encore la grève elle-même, qui dure depuis un an et trois mois. On progresse, donc, mais à tout petits pas. Mais si le bon sens commence à se faire jour, alors tous les espoirs sont permis, n’est-ce pas ?

Au passage, les Nageurs citoyens renouvellent leur appel à dialoguer avec les syndicats concernés, de façon neutre et ouverte. Sans réponse à ce stade. Chers citoyens, nous serons heureux de vous rencontrer quand vous voudrez.

Bilan piscines mars 2015

Pour le mois de mars à Paris, nous comptons 8,7 piscines fermées en moyenne par jour (sur 39 établissements). Encore un léger mieux par rapport au mois précédent (février -> 9,55). La bonne nouvelle, ce sont les 14 jours où l’on a compté seulement 2 ou 3 piscines fermées. La mauvaise nouvelle, ce sont les 12 jours durant lesquels plus de 10 piscines étaient fermées en même temps. Paris, ça n’est pas Byzance.

Si vous souhaitez des détails par arrondissement, écrivez-nous à contact@ec2-52-51-124-101.eu-west-1.compute.amazonaws.com